Avocat à Saint-Denis

Me RIESS-VALÉRIUS Marion

k0657527.jpg

Suivre Me Riess-Valérius, avocat Saint-Denis (Réunion)

 

Avocat exerçant un mandat judiciaire à Saint-Denis

Logo association nationale des avocats exerçant un mandat judiciaire à Saint-Denis de la Réunion

Retour au coin presse

Le Quotidien, le 3 avril 2015 - Les héritiers de maître Piec assignent son successeur

Un peu plus d'un an après le décès de maître Piec, les héritiers du mandataire judiciaire ont assigné son successeur devant le tribunal de grande instance afin d'obtenir le paiement d'une première partie des 3 millions d'euros dûs. Maître Hirou dit vouloir s'acquitter progressivement de la totalité de la somme. Le point sur le dossier avant l'audience prévue jeudi prochain.

Comment en est-on arrivé là? Maître Piec exerçait la profession de mandataire judiciaire (représentant des créanciers dans les procédures collectives ouvertes par la justice commerciale) à titre individuel et non sous la forme d'une société. A son décès, le 10 février 2014, tout s'est donc arrêté du jour au lendemain. Impossible pour un autre mandataire de reprendre son étude et ses 12 salariés. Impossible également de racheter son fonds de commerce : un mandataire reçoit des mandats de la part du tribunal de commerce et ils ne sont pas à vendre. Un appel à candidature a donc été lancé en vue de désigner un nouveau mandataire et de lui confier les 1000 dossiers ouverts par maître Piec et pas encore achevés.

A la suite d'une administration provisoire exercée par deux mandataires de métropole, c'est Maître Hirou, originaire de Libourne, qui a été désigné par le commissaire du gouvernement du parquet de Paris après avoir reçu le soutien des héritiers de Christophe Piec. Il a pris ses fonctions en septembre lorsque le tribunal de commerce de Saint-Denis lui a transféré les dossiers de maître Piec.

Lire la suite de l'article

 

Le JIR, le 3 avril 2015 - Pas payés, les héritiers de Me Piec assignent le successeur de leur père

Alors que l'étude de leur père a été cédée en juin dernier, les enfants du mandataire judiciaire Me Christophe Piec, décédé tragiquement il y a un an, n'ont toujours pas touché un centime de la part de son successeur, Me Laurent Hirou. Ils ont assigné ce dernier en justice.

Sale temps pour les mandataires judiciaires... Alors que Me Houssen Badat est renvoyé en correctionnelle pour banqueroute, l'autre étude de l'île, celle de feu Me Christophe Piec, se retrouve au coeur d'un conflit qui va devoir se régler devant les tribunaux. En cause, le non paiement par le repreneur de l'étude, Me Laurent Hirou, de la part des émoluments qu'il devait rétrocéder aux héritiers de Me Piec.

A la mort brutale du mandataire judiciaire de Saint-Denis le 10 février 2014, ses deux enfants mineurs ne pouvant poursuivre l'activité, un successeur était recherché pour reprendre l'étude et assurer la continuité de milliers de dossiers commerciaux encore en cours.

Selon l'estimation d'un expert, ces dossiers en partie avancés par Me Piec représentaient un total de 2,6 millions d'euros d'honoraires, à percevoir à leur clôture. Et le 16 juin 2014, un protocole d'accord était signé avec le repreneur choisi par la succession Piec, un mandataire établi à Angoulême, Me Laurent Hirou. Il était alors convenu que le paiement de cette somme se ferait "au fil de l'eau", soit au fur et à mesure de la clôture des dossiers

Mais les mois passent, et les enfants Piec comprennent qu'il leur faudra batailler pour toucher leur héritage. D'abord sur la simple vente du mobilier de l'étude, occupée depuis septembre par le repreneur. Une somme de 62000 euros que les héritiers ne percevront qu'en décembre, après de multiples mises en demeure

Lire la suite de l'article

Retour au coin presse