Avocat à Saint-Denis

Me RIESS-VALÉRIUS Marion

k7297354.jpg

Suivre Me Riess-Valérius, avocat Saint-Denis (Réunion)

 

Avocat exerçant un mandat judiciaire à Saint-Denis

Logo association nationale des avocats exerçant un mandat judiciaire à Saint-Denis de la Réunion

Retour au coin presse

Le Quotidien, le 10 avril 2015 - Les héritiers Piec ont perçu 234 810€

Un premier versement est intervenu mercredi et un second hier, jour même de l'audience du tribunal de grande instance de Saint-Denis.

Maître Hirou en a dressé le décompte exact devant la juge des référés : après avoir trouvé une "solution provision" avec l'administration fiscale, qui l'a autorisé à consigner la TVA, il vient de verser 224 810,37 euros "hors-taxe" aux héritiers de maître Piec, son prédécesseur.

"Nous attendons cela depuis sept mois, s'est félicitée l'avocate des deux jumeaux du mandataire judiciaire décédé en février 2014. Nous touchons enfin de l'argent. C'est un progrès!"

Maître Riess-Valérius avait assigné maître Hirou en janvier pour non respect du protocole d'accord signé en juin 2014 (lire notre édition du vendredi 3 avril). Alors qu'un mandataire judiciaire n'est rémunéré qu'en fin de mission, maître Hirou s'était engagé à rétrocéder aux héritiers Piec, au "fil de l'eau", les sommes correspondantes au travail accompli par leur père. Une estimation a conclu à une fourchette comprise entre 2,6 et 3 millions d'euros pour un millier de dossiers.

Devant la juge, maître Riess-Valérius a trouvé "affligeant" de devoir assigner son successeur pour être payé alors qu'une étude dégage "entre 370 000 et 600 000 euros de bénéfices par an", si bien qu'un mandataire bénéficie de "revenus confortables : 50 000 euros net soit trois fois plus qu'un chirurgien. C'est une mine d'or".

Lire la suite de l'article

 

Le JIR, le 10 avril 2015 - Succession Piec : Me Hirou a commencé à payer

Assigné par les héritiers du mandataire judiciaire décédé Christophe Piec, son successeur, Me Laurent Hirou, a plaidé "la bonne foi" hier devant le juge des référés, présentant deux paiements réalisés la veille et le jour même de l'audience. Le nouveau titulaire de l'étude dionysienne a finalement réglé pour plus de 200 000 euros aux enfants de Me Piec, qui lui reprochent de ne pas leur reverser les honoraires revenant à leur père comme convenu dans le protocole de cession de l'étude signé en juin 2014 (notre édition du 3 avril dernier). Des honoraires à percevoir à la clôture des dossiers ouverts par le mandataire décédé et estimés ) 2,6millions d'euros.

"AUCUNE RENEGOCIATION"

Se disant victime "d'un procès d'intention", Me Laurent Hirou a déployé des arguements techniques pour expliquer pourquoi il n'avait pas pas rétrocédé la part revenant aux héritiers depuis qu'il a pris officiellement les rênes de l'étude en septemnbre 2014. Le mandataire assure qu'il ne souhaite "aucune renégociation" du montant des rétrocessions tel que signé lors de la vente. "Tout ce que je veux c'est leur donner des chèques et ne plus en entendre parler", a plaidé Me Hirou.

Lire la suite de l'article

Retour au coin presse