Avocat à Saint-Denis

Me RIESS-VALÉRIUS Marion

e00012897.jpg

Suivre Me Riess-Valérius, avocat Saint-Denis (Réunion)

 

Avocat exerçant un mandat judiciaire à Saint-Denis

Logo association nationale des avocats exerçant un mandat judiciaire à Saint-Denis de la Réunion

Suite affaire Piec défendu par Maître Marion Riess-Valérius

Les héritiers Piec ont perçu 234 810€

Le juge des référés du tribunal de grande instance de Saint-Denis, qui a examiné le dossier hier, rendra sa décision le 7 mai dans le conflit qui oppose les héritiers de maître Piec à son successeur, maître Hirou. Le mandataire vient de leur verser 234 810€.

Lire la suite...

"Maître Marion Riess-Valérius défend les intérêts des héritiers de feu Me Christophe PIEC en assignant le successeur de leur père la SELARL HIROU"

Les héritiers de maître Piec assignent son successeur

Un peu plus d'un an après le décès de maître Piec, les héritiers du mandataire judiciaire ont assigné son successeur devant le tribunal de grande instance afin d'obtenir le paiement d'une première partie des 3 millions d'euros dûs. Maître Hirou dit vouloir s'acquitter progressivement de la totalité de la somme. Le point sur le dossier avant l'audience prévue jeudi prochain.

Lire la suite...

Visite du Président de la République François HOLLANDE à La Réunion le 21 aout 2014

visite François Hollande à la Réunion

Le JIR 01/11/2012 - "Me RIESS-VALÉRIUS assurait les intérêts de la jeune victime et de sa mère."

Le violeur comparaîtra une nouvelle fois le mois prochain

Cour d'assises des mineurs - Hier, W.G, mineur au moment des faits a été condamné à cinq ans de prison pour le viol d'une adolescence de 14 ans. Les jurés lui ont reconnu l'excuse de minorité. Mais il comparaîtra dans moins d'un mois pour d'autres viols commis en tant que majeur.

Lire la suite...

La Réunion victime de son «sabre»

1 novembre 2007 - Journal LIBERATION
Par DELCOÎTRE LAURENT

A la Réunion, on ne tue pas à coups de fusil. On choisit le sabre, le nom créole donné au coupe-coupe. Pas un week-end sans un conflit réglé à l'aide de cette arme blanche de sixième catégorie, outil agricole «très utile pour couper la canne à sucre» et «régler des litiges», lit-on, incrédule, sur le site de la Ptite gazette de l'île de la Réunion.

Lire la suite...